La Laiterie Saint-Père investit 11 millions d’euros dans une nouvelle beurrerie

La Laiterie Saint-Père investit 11 millions d’euros dans une nouvelle beurrerie

La Laiterie Saint-Père (Loire-Atlantique) modernise son outil de production et a lancé il y a trois ans la marque « Les Éleveurs vous disent Merci ! », afin de mieux rémunérer ses producteurs.

Lait, beurre, crème fraîche, desserts…Près de 230 références sortent chaque année des ateliers de la Laiterie Saint-Père, située à Saint-Père-en-Retz, en Loire-Atlantique. Le lait collecté provient uniquement de fermes françaises, toutes situées à moins de 100 kilomètres de la laiterie. En 2019, la laiterie a ainsi transformé 260 millions de litres de lait collectés auprès de 362 élevages partenaires (soit plus de 720 éleveurs) et a réalisé un chiffre d’affaires de 251 millions d’euros.

L’entreprise, qui emploie 340 personnes, poursuit sa politique d’investissement et a démarré des travaux de modernisation d’une beurrerie, pour un montant total de 11 millions d’euros. L’objectif est de remplacer des machines datant des années 80 et le nouveau bâtiment de 2 200 m2 sera fonctionnel à l’automne 2021.

Fondée en 1905, la laiterie est aujourd’hui une PME membre d’Agromousquetaires, la branche industrielle d’Intermarché. En effet, depuis 1990, le Groupement Les Mousquetaires dispose de deux laiteries ce qui lui permet d’approvisionner ses 1 800 points de vente en lait 100 % français.

  • Mieux rémunérer les éleveurs –

Autre fait notable, la fabrique fait partie des meilleurs payeurs de lait en France. Selon le dernier classement de la revue spécialisée L’éleveur laitier, Saint-Père est la laiterie qui a acheté le plus cher la tonne de lait sur l’année 2019 pour les régions Bretagne et Pays de la Loire, avec un montant moyen de 392,82 €/ 1 000 l. Elle devient ainsi la troisième laiterie la plus rémunératrice de France.

Poussant plus loin cette politique de rémunération plus juste, l’entreprise a lancé en 2018 la marque « Les Éleveurs vous disent Merci ! », qui indique sur chaque brique de lait le prix payé aux producteurs. « L’idée est d’impliquer le consommateur à travers l’acte d’achat, rappelle Thierry Collineau directeur de la Laiterie Saint-Père. En rémunérant bien les producteurs, nous souhaitons pérenniser les activités agricoles sur le secteur. »

« Le projet est assez simple ; il s’agit de mieux rémunérer les éleveurs qui sont en contrats avec la laiterie Saint-Père, renchérit Claire Guillard, directrice commercial et marketing de la filière lait chez Agromousquetaires. L’idée est de fabriquer une brique de lait en circuit court, vendue à 88 centimes d’euros, un prix légèrement supérieur aux prix habituels, et de proposer une rémunération supérieure pour l’éleveur puisqu’il touche 50 % du prix final de la brique, soit 44 centimes d’euros. » Une décision qui fait une vraie différence pour les éleveurs car en grande et moyenne surface, le litre s’achète en moyenne 78 centimes et seuls 26 centimes leur sont reversés.

Pour en savoir plus sur le secteur agroalimentaire, n’hésitez pas à consulter notre page : Actualités.